Abolition de l’esclavage

Chronologie des abolitions

Chronologie des abolitions

1688, PENNSYLVANIE
la communauté des Quakers s’élève contre le fait d’acheter et de garder des esclaves.

XVIIIe siècle

1777-1784, ETATS-UNIS
abolition de l’esclavage dans le Vermont, le Massachusetts et le New Hampshire ; abolition progressive de l’esclavage en Pennsylvanie, à Rhode Island et dans le Connecticut.

1783, GRANDE-BRETAGNE
création de la Société pour l’abolition de la traite.

1788, 9 FÉVRIER, FRANCE
première réunion de la Société des amis des Noirs.

1789, 26 AOÛT, FRANCE
vote de la Déclaration des droits de l’homme.

1789, 31 AOÛT, MARTINIQUE
première insurrection d’esclaves durant la Révolution française.

1790, 12 OCTOBRE, FRANCE
décret de l’Assemblée constituante, portant dissolution de l’assemblée coloniale de Saint-Domingue et réaffirmant la légitimité de l’esclavage.

1791, 15 MAI, FRANCE
décret sur les droits des hommes de couleur libres nés de parents libres.

1791, 22 AOÛT, SAINT-DOMINGUE
déclenchement de l’insurrection dès esclaves dans la partie nord de l’île.

1791, 24 SEPTEMBRE, FRANCE
l’Assemblée constituante revient sur les droits octroyés aux hommes de couleur dans les colonies et confie aux assemblées locales le soin de légiférer sur l’état des personnes non libres.

1791, 28 SEPTEMBRE, FRANCE
décret de l’Assemblée constituante, qui déclare que tout homme est libre sur le territoire métropolitain français et que, quelle que soit sa couleur, il y jouir de tous les droits du citoyen suivant la constitution.

1792, 16 MARS, DANEMARK
interdiction de la traite sur les navires danois ; le pays se laisse une période transitoire de dix ans pour faire véritablement cesser le trafic.

1792, 28 MARS, FRANCE
décret de l’Assemblée législative, sanctionné par le roi le 4 avril, accordant l’égalité des droits politiques aux hommes de couleur et aux Noirs libres des Antilles.

1792, 11 AOÛT, FRANCE
décret de l’Assemblée législative, qui supprime la prime accordée depuis 1784 pour encourager la traite. Cette décision est confirmée en 1793 par la Convention.

1793, 29 Août, 21 et 27 SEPTEMBRE, SAINT-DOMINGUE
abolition de l’esclavage par les commissaires civils Sonthonax et Polverel.

1794, 4 FÉVRIER (16 PLUVIÔSE AN II), FRANCE
décret qui abolit l’esclavage dans les colonies françaises. Les modalités d’application sont renvoyées à l’examen des comités de Salut public et des Colonies. Le décret est officieusement connu aux Mascareignes le 6 septembre 1794 et officiellement reçu l’année suivante ; il demeure inappliqué, la traite seule étant interdite par l’assemblée coloniale de La Réunion, le 8 août 1794.

1794, MARS, MARTINIQUE
occupation britannique ; le décret d’abolition n’est pas appliqué.

1794, AVRIL, GUADELOUPE
occupation britannique ; la Guadeloupe est libérée après plusieurs mois de combats ; le décret d’abolition y sera appliqué.

1794, 6 SEPTEMBRE, LA RÉUNION
l’assemblée coloniale refuse d’appliquer le décret d’abolition de l’esclavage.

1795, 22 AOÛT (5 FRUCTIDOR AN III), FRANCE
l’article 15 de la déclaration préliminaire de la constitution déclare
qu’aucun homme ne peut se vendre ou être vendu car sa personne n’est pas une propriété aliénable.

1796, 7 FÉVRIER, LA RÉUNION
l’assemblée coloniale déclare le décret d’abolition inadmissible dans la colonie.

1796, JUIN, ÎLE DE FRANCE
expulsion des commissaires chargés de faire appliquer le décret d’abolition.

1799, 13 DÉCEMBRE (22 FRIMAIRE AN VIII), FRANCE
la nouvelle constitution ne reprend pas les dispositions de la constitution précédente sur l’esclavage.

XIXe siècle

1802, 20 MAI (30 FLORÉAL AN X), FRANCE
décret confirmant le maintien de l’esclavage selon les lois antérieures à 1789 dans toutes les colonies françaises où il n’a pas été aboli, laissant aux autorités locales le soin de rétablir l’esclavage dans les colonies françaises où il a été aboli et rétablissant la traite des Noirs dans toutes les colonies françaises. Le décret est reçu à La Réunion le 6 novembre 1802 (15 brumaire an XI).

1802, 2 JUILLET (13 MESSIDOR AN X), FRANCE
décret interdisant à tous les Noirs, mulâtres ou autres gens de couleur l’accès au territoire continental, sous peine de déportation — sauf s’il sont au service d’un maître — et interdisant aux étrangers d’amener sur le territoire continental de la République tout Noir, mulâtre ou personne de couleur. L’interdiction est levée le 5 août I 818.

1802, JUILLET ET NOVEMBRE, GUADELOUPE ET GUYANE
rétablissement de l’esclavage.

1802, 28 SEPTEMBRE (6 VENDÉMIAIRE AN XI), LA RÉUNION
rétablissement de la traite comme avant 1789.

1803, CANADA
suppression de la traite.

1803, FÉVRIER-MARS, LA RÉUNION
arrêté de l’assemblée coloniale qui déclare refuser d’adopter à jamais le décret d’abolition de 1794.

1804, JANVIER, SAINT-DOMINGUE
proclamation de l’indépendance de Saint-Domingue qui devient Haïti.

1805, 23 OCTOBRE (BRUMAIRE AN XIV), ÎLE DE FRANCE ET RÉUNION
arrêté supplémentaire au Code civil des Français qui adapte la législation napoléonienne à l’existence de l’esclavage et à la présence des libres de couleur.

1806
prise de possession définitive de la colonie hollandaise du cap de Bonne-Espérance par les Britanniques.

1806, 10 JUIN, GRANDE-BRETAGNE
la Chambre des communes décrète le principe de suppression de la traite.

1807, SUEDE
interdiction de la traire sur ses navires.

1807, 2 MARS, ÉTATS-UNIS
loi d’abolition de la traite à compter du 1er janvier 1808.

1807, 25 MARS, GRANDE-BRETAGNE
résolution parlementaire sur l’abolition de la traite pour toutes ses colonies ; cette résolution devient une loi avec effet à compter du 1er janvier 1808. Les esclaves libérés sur les négriers illicites seront astreints à un apprentissage de trois ans.

1810
les Britanniques s’emparent de La Réunion et de l’île de France.

1811, SEPTEMBRE, MARTINIQUE
insurrection d’esclaves.

1811, NOVEMBRE, BOURBON
révolte des esclaves à Saint-Leu.

1812, 1er JANVIER, MAURICE
interdiction de la traite à Maurice, en application de la loi du 14 osai 1811 , étendant à Maurice la législation britannique – jamais publiée ni enregistrée à Bourbon.

1814, 30 MAI – 8 JUIN, FRANCE
traité de Paris. Dans un article additionnel, la France s’engage à unir ses efforts à ceux de la Grande-Bretagne pour faire prononcer par toutes les puissances de la chrétienté l’abolition de la traite des Noirs. Elle s’engage à la faire cesser sur ses territoires dans un délai de cinq ans.

1815, 8 FÉVRIER, VIENNE
au congrès, déclaration commune des puissances participantes – Grande-Bretagne, France, Autriche, Portugal, Espagne, Suède, Prusse et Russie-contre la traite ; chaque pays se réserve néanmoins le droit de choisir l’époque la plus favorable pour rendre cette interdiction effective.

1815, 29 MARS, FRANCE
décret de Napoléon abolissant la traite et interdisant la vente dans les colonies françaises d’esclaves provenant de la traite, soit française, soit étrangère, sous peine de confiscation du navire et de sa cargaison.

1815, 6 AVRIL, BOURBON
arrêté des nouvelles autorités françaises, qui maintient provisoirement les lois et règlements qui régissent l’île, à l’exception des lois contre la traite des Noirs, qui sont immédiatement révoquées.

1815, 20 NOVEMBRE, FRANCE
dans un article additionnel au traité de paix, les parties contractantes, dont la France, s’engagent à obtenir aussi vire que possible la fin de la traite ; la France refusera en 1822 de signer une convention assimilant la traite à la piraterie.

1817, 8 JANVIER, FRANCE
ordonnance royale interdisant la traite. Cette ordonnance promulguée à Bourbon le 26 juillet 1817 est complétée par la loi du 15 avril 1818.

1818
Portugais, Espagnols et Hollandais condamnent la traite et s’entendent avec la Grande-Bretagne pour la
réprimer à compter du 30 mai 1820.

1820
le congrès américain assimile la traite à la piraterie ; la peine de mort s’applique aux responsables pris sur le fait.

1821, PÉROU
loi d’interdiction de la traite et d’abolition progressive de l’esclavage.

1821, FRANCE
fondation de la Société de la morale chrétienne qui demande l’interdiction effective de la traite.

1822
la Grande-Bretagne passe un accord avec l’iman de Mascate pour lutter contre la traite ; l’accord est renouvelé en 1839 et 1845.

1822, MARTINIQUE
insurrection d’esclaves.

1823, CHILI
abolition de l’esclavage.

1823, GRANDE-BRETAGNE
création de la Société pour l’abolition graduelle de l’esclavage.

1823, MAI, GRANDE-BRETAGNE
le Parlement vote une résolution condamnant l’esclavage.

1824, MAURICE
renforcement de la législation contre la traite illégale.

1824, 30 MARS 1824, BOURBON
ordonnance sur le régime des prisons et l’emprisonnement des esclaves.

1825, MEXIQUE
abolition de l’esclavage; elle devient définitive en 1829.

1825, 3 AOÛT, FRANCE
décision royale, qui accorde une prime de cent francs par tête d’esclave pour la capture de navires négriers.

1825, 27 SEPTEMBRE, BOURBON
ordonnance qui fixe à trente coups de fouet la peine maximale qu’un propriétaire peut infliger à un esclave.

1826-1828, MAURICE
commission parlementaire d’enquête (Cole-Brooke et Blair) sur la traite des esclaves (rapport du 12 mars 1828).

1827, 25 AVRIL, FRANCE
loi qui renforce la législation contre la traite : les actionnaires et complices de la traite sont passibles de bannissement ; l’amende est équivalente à la valeur du navire ; les membres d’équipage encourent de trois mois à cinq ans de prison – promulgation à Bourbon le 24 décembre 1827.

1829, 19 MARS, MAURICE
entrée en fonction d’un protecteur des esclaves.

1830, URUGUAY
abolition de l’esclavage.

1830, 7 SEPTEMBRE, FRANCE
ordonnance royale sur l’état civil des libres de couleur – promulgation à Bourbon le 26 mars 1831.

1831, BOLIVIE
abolition de l’esclavage.

1831, GRANDE-BRETAGNE
affranchissement de tous les esclaves appartenant à la Couronne.

1831, 24 FÉVRIER, FRANCE
ordonnance royale qui abolit toutes les dispositions restrictives aux droits civils des libres de couleur – promulgation à Bourbon le 4 août 1831.

1831, 1er MARS, FRANCE
loi qui supprime la taxe payée au Trésor pour l’affranchissement d’un esclave – promulgation à Bourbon le 3 août 1831.

1831, 4 MARS, FRANCE
loi qui classe la traite parmi les crimes et prévoit le renforcement des peines pour les personnes reconnues coupables de pratiquer la traite (travaux forcés pour les armateurs et capitaines, saisie et vente du navire et de sa cargaison, six mois à cinq ans de prison pour les acheteurs de Noirs de traite) et l’engagement de sept ans auprès du gouvernement pour les Noirs libérés avant leur émancipation effective —promulgation à Bourbon le 26 juillet 1831.

1831, 15 MAI, BOURBON
fondation de l’association des Francs Créoles, qui préconise l’indépendance de Bourbon en cas d’abolition de l’esclavage.

1831, 30 NOVEMBRE, FRANCE
convention entre la France et la Grande-Bretagne, qui tend à la répression du crime de la traite des Noirs ; les deux pays s’accordent un droit de visite réciproque sur leurs navires.

1831, 25 DÉCEMBRE, COLONIE ANGLAISE DE LA JAMAÏQUE
début de l’insurrection des esclaves.

1832, BOURBON
dernière condamnation pour fait de traite.

1832, 12 JUILLET, FRANCE
loi qui accorde la liberté aux esclaves affranchis, dont les maîtres n’avaient pas payé la taxe ni obtenu des autorités l’autorisation d’affranchissement — promulgation à Bourbon le 18 janvier 1833.

1832-1835, BOURBON
persistance de la traite illégale ; 4 500 esclaves environ sont encore introduits.

1833, 22 MARS, FRANCE
convention entre la France et la Grande-Bre¬tagne sur la répression de la traite avec, en annexe, des instructions à donner aux navires ; cette convention et celle du 30 novembre 1831 sont publiées en France par ordonnance du 30 août 1833 — promulgation à Bourbon le 11 février 1834.

1833, 24 AVRIL, FRANCE
loi qui accorde à tous les affranchis la jouis¬sance des droits politiques — promulgation à Bourbon le 24 août 1833.

1833, 30 AVRIL, FRANCE
ordonnance royale concernant l’abolition dans les colonies françaises des peines de la marque et de la mutilation – promulgation à Bourbon le 13 octobre 1833.

1833, 4 AOÛT, FRANCE
ordonnance qui prescrit les recensements annuels d’esclaves, avec obligation de déclarer les naissances, les mariages et les décès — promulgation à Bourbon le 21 décembre 1833.

1833, 28 AOÛT, GRANDE-BRETAGNE
promulgation de la loi d’abolition dans les dix-neuf colonies britanniques du Nouveau Monde (British West Indics, Guyane anglaise, Honduras britannique, Maurice), qui comprennent environ 800 000 esclaves (contre 250 000 pour les colonies françaises) ; abolition avec effet immédiat au 1er août 1834 (mais les anciens esclaves doivent rester sept ans en apprentissage non rémunéré chez leur maître, sauf ceux âgés de moins de six ans et de plus de soixante ans). Une indemnité de cinq cents millions de francs est versée aux anciens propriétaires. Dans la zone de l’océan Indien sont concernés Maurice et le cap de Bonne-Espérance. La loi est sanctionnée par le roi d’Angleterre le 28 août 1833.

1834, FRANCE
fondation de la Société française pour l’abolition de l’esclavage.

1835
proclamation à Maurice du bill d’émancipation des esclaves.

1835, 28 JUIN, ESPAGNE
convention passée avec la Grande-Bretagne pour la répression de la traite.

1836, 29 AVRIL, FRANCE
ordonnance royale qui porte sur l’affranchissement automatique des esclaves amenés des colonies en France — promulgation à Bourbon le 6 septembre 1836.

1836, DÉCEMBRE, PORTUGAL
interdiction de la traite dans les colonies portugaises et sous pavillon portugais ; le décret n’est pas publié au Mozambique.

1838, 10 FEVRIER, FRANCE
dépôt du projet d’Hippolyte Passy sur l’émancipation progressive des esclaves.

1838, 1er AOÛT, GRANDE-BRETAGNE
loi qui supprime l’apprentissage obligatoire pour les anciens esclaves dans les colonies britanniques.

1839, 11 MARS, MAURICE
abolition définitive de l’esclavage (suppression du système de l’apprentissage).

1839, 7 JUIN, FRANCE
dépôt du projet de M. de Tracy sur l’émancipation progressive des esclaves.

1839, 11 JUIN, FRANCE
ordonnance sur l’affranchissement des esclaves — promulgation à Bourbon le 6 novembre 1839.

1839, 11 JUIN, FRANCE
ordonnance sur les recensements d’esclaves — promulgation à Bourbon le 9 décembre 1839.

1839, 23 JUIN, FRANCE
remise du rapport de la commission de la Chambre des députés, chargé de traiter la question de l’abolition ; Charles Alexis de Tocqueville en est le rapporteur.

1839, 3 DÉCEMBRE
bulle du pape Grégoire XVI condamnant l’esclavage.

1840, 5 JANVIER, FRANCE
ordonnance royale qui prévoit l’enseignement religieux, une fois par semaine, pour les enfants esclaves, la visite par le clergé, une fois par mois, des habitations dépendantes des paroisses et la visite des habitations par les procureurs— promulgation à Bourbon le 9 juin 1840.

1840, 26 MAI, FRANCE
par décision royale, institution d’une nouvelle commission, présidée par le duc de Broglie, traitant de l’abolition de l’esclavage. Elle rend son rapport en mars 1843.

1841, 16 SEPTEMBRE, FRANCE
ordonnance royale sur l’emprisonnement des esclaves — promulgation à Bourbon le 24 mars 1842.

1842, PARAGUAY
loi d’abolition progressive de l’esclavage.

1843, INDE
abolition de l’esclavage pour les générations à venir mais les esclaves ne sont pas affranchis.

1845, ESPAGNE
loi d’abolition et de répression de la traite.

1845, 29 MAI, FRANCE ET GRANDE-BRETAGNE
convention entre les deux pays, qui prévoit que vingt-six
navires français et autant de navires britanniques assureront la surveillance des côtes occidentales de l’Afrique ; il est jugé nécessaire que des navires britanniques surveillent les côtes orientales de l’Afrique. Cette convention est publiée en France par ordonnance du 28 janvier 1846 – promulgation à Bourbon le 27 mars 1846 – et suivie d’une déclaration commune de la France et de la Grande-Bretagne publiée le 27 mars 1847.

1845, 18 JUILLET, FRANCE
loi et ordonnances par lesquelles le roi modifie en droit de nombreux aspects de la vie quotidienne des esclaves : instruction, châtiments, nourriture et entretien, logement, vêtements, soins aux malades. Le pécule légal et le rachat forcé sont établis – promulgation à Bourbon le 30 décembre 1845.

1845, 19 JUILLET, FRANCE
loi sur l’introduction de cultivateurs européens dans les colonies.

1846, SUEDE
rachat progressif par le gouvernement des esclaves de la colonie de Saint-Barthélemy.

1846, TUNISIE
abolition de l’esclavage.

1846-1848, DANEMARK
abolition de l’esclavage dans les îles Vierges (Sainte-Croix, Saint-Jean, Saint-Thomas).

1846, 18 MAI, FRANCE
ordonnance sur l’état moral et religieux des esclaves – promulgation à Bourbon le 7 octobre 1846.

1846, 4 JUIN, FRANCE
ordonnance sur le régime disciplinaire des esclaves – promulgation à Bourbon le 7 octobre 1846.

1846, 5 JUIN, FRANCE
ordonnance sur la nourriture et l’entretien des esclaves – promulgation à Bourbon le 7 octobre I 846.

1846, 21 JUILLET, FRANCE
ordonnance, complétée par celle du 12 octobre 1847, qui affranchit les esclaves appartenant au domaine royal – promulgation à Bourbon le 28 novembre 1846 et le 15 avril 1848.

1847
l’empire ottoman interdit la traite dans le golfe Persique et ferme les marchés publics d’esclaves à Constantinople.

1847, DANEMARK
abolition de l’esclavage dans toutes les colonies danoises (avec effet à douze ans).

1848, 24 FÉVRIER, FRANCE
abdication de Louis-Philippe ; formation du gouvernement provisoire.

1848, 25 FÉVRIER, FRANCE
proclamation du droit au travail.

1848, 26 FÉVRIER, FRANCE
abolition de la peine de mort en matière politique.

1848, 2 MARS, FRANCE
suffrage universel pour les hommes âgés de vingt et un ans et plus.

1848, 2 MARS, FRANCE
décret qui fixe à dix heures, à Paris, et à onze, en province, la durée maximale du travail journalier.

1848,4 MARS, FRANCE
création d’une commission chargée de préparer l’abolition.

1848, 4 MARS, FRANCE
décret de la liberté de la presse et de la liberté de réunion – étendues aux colonies par un décret du 2 mai 1848.

1848, 7 MARS, FRANCE
arrêté du gouvernement provisoire, qui renomme l’île Bourbon « île de La Réunion ».

1848, 19 MARS, FRANCE
abolition de la contrainte par corps en cas de dette.

1848, 12 AVRIL, FRANCE
abolition de la peine de l’exposition publique.

1848, 27 AVRIL, FRANCE
décret, publie le 2 mai 1848, qui abolit l’esclavage.

1848, 4 MAI, FRANCE
proclamation officielle de la république.

1848, 23 MAI, MARTINIQUE
proclamation par le gouverneur de l’abolition de l’esclavage, avant l’arrivée officielle du décret d’abolition.

1848, 26 MAI, LA REUNION
annonce de la révolution de février 1848, connue depuis le 24 mai.

1848, 27 MAI, GUADELOUPE
proclamation par le gouverneur de l’abolition de l’esclavage, avant l’arrivée officielle du décret d’abolition.

1848, 9 JUIN, LA RÉUNION
proclamation de la république.

1848, JUIN, ANTILLES
dans les colonies hollandaises (Saint-Martin, Saint-Eustache, Saba) les esclaves se libèrent ; l’abolition est proclamée par le gouverneur le 3 juillet 1848.

1848, 16 JUILLET, LA RÉUNION
arrivée dans l’île de la nouvelle de l’abolition aux Antilles.

1848, 10 AOÛT, GUYANE
abolition de l’esclavage, en application du décret publié le 10 juin 1848.

1848, 9 SEPTEMBRE, FRANCE
décret qui repousse la durée maximale du travail quotidien à douze heures.

1848, 13 OCTOBRE, LA RÉUNION
arrivée du commissaire général Joseph Sarda-Garriga.

1848, 18 OCTOBRE, LA RÉUNION
promulgation du décret qui annonce l’abolition pour le 20 décembre.

1848, 24 OCTOBRE, LA RÉUNION
publication du décret sur le travail obligatoire pour tous les futurs affranchis.

1848, 4 NOVEMBRE, FRANCE
constitution qui consacre le principe de suppression de l’esclavage sur le territoire français ; l’article 6 stipule que l’esclavage ne peut exister sur aucun territoire français – promulgation à La Réunion le 23 mars I 849.

1848, MI-NOVEMBRE-7 DÉCEMBRE, LA RÉUNION
tournée d’explication de Sarda-Garriga dans l’île.

1848, 20 DÉCEMBRE, LA RÉUNION
abolition de l’esclavage

1849, FÉVRIER, LA RÉUNION
publication de deux décrets locaux qui punissent les infractions à la discipline des ateliers et les engagements fictifs.

1849, 30 AVRIL, FRANCE
loi sur l’indemnisation des propriétaires -¬connue à La Réunion le 21 juillet 1849 et promulguée le 24 octobre 1849.

1849, 11 JUIN, LA RÉUNION
décret local qui réglemente l’immigration, principalement indienne.

1849, OCTOBRE, LA RÉUNION
élection au suffrage universel de deux représentants de l’île à l’Assemblée nationale.

1849, 6 DÉCEMBRE, LA RÉUNION
arrêté qui institue le renouvellement obligatoire des engagements et étend le livret d’engagement à tous les affranchis.

1850, VENEZUELA
abolition de l’esclavage.

1850, 4 MAI, LA RÉUNION
première fête du travail.

1850, 12 MAI, LA RÉUNION
Sarda-Garriga quitte l’île. Son remplaçant, le gouverneur Doret, a pris possession du gouvernement le 15 avril 1850.

1850, 17 JUILLET, BRÉSIL
interdiction de la traite.

1851, COLOMBIE ET ÉQUATEUR
abolition de l’esclavage.

1852, 13 FÉVRIER, FRANCE
décret sur la répression du vagabondage et sur l’engagement.

1852, 27 MARS, FRANCE
décret sur l’immigration dans les colonies.

1852, AVRIL, LA RÉUNION
décret local qui supprime les dispenses d’engagement, exception faite des affranchis propriétaires.

1852, DÉCEMBRE, LA RÉUNION
arrêté qui soumet les déplacements des affranchis à une autorisation écrite.

1853, ARGENTINE
abolition de l’esclavage.

1854, PÉROU ET VENEZUELA
abolition de l’esclavage.

1854, 3 MAI, FRANCE
sénatus-consulte qui règle la constitution de la Martinique, de la Guadeloupe et de La Réunion ; selon l’article 1, l’esclavage ne peut jamais être rétabli dans les colonies françaises.

1856, 5 JUILLET, COLONIE PORTUGAISE D’ANGOLA
abolition de l’esclavage dans une partie de la colonie.

1856, 25 AOÛT 1856, COLONIES PORTUGAISES DE l’INDE
abolition de l’esclavage.

1859, 15 MARS, LA RÉUNION
interdiction de l’immigration africaine.

1860, 1er JANVIER, COLONIE HOLLANDAISE DE MALAISIE
abolition de l’esclavage.

1860, 25 JUILLET
signature de la convention franco-britannique autorisant la venue à La Réunion de travailleurs indiens.

1861, 19 MARS, RUSSIE
suppression de la servitude ; vingt millions de personnes sont concernées.

1861, 1er JUILLET
reconduction de la convention franco-britannique sur l’immigration; elle s’applique à toutes les colonies françaises.

1863-1865, ÉTATS-UNIS
abolition de l’esclavage; ce texte constitue le 13e amendement de la constitution.

1863, COLONIES HOLLANDAISES
abolition de l’esclavage en Guyane et aux Antilles hollandaises (Curaçao, Bonaire, Aruba, Saba, Saint-Eustache et la partie hollandaise de Saint-Martin).

1869, PORTUGAL
abolition de l’esclavage dans ses colonies.

1873, COLONIE ESPAGNOLE DE PORTO-RICO
abolition de l’esclavage.

1873
la Grande-Bretagne passe un accord avec le sultan de Zanzibar pour la suppression de la traite.

1873-1874, MOZAMBIQUE
dernier cas connu de traite vers La Réunion sur l’Étienne et Laurence.

1878, MOZAMBIQUE
abolition de l’esclavage.

1885, 26 FÉVRIER, BERLIN
conférence ; les participants – Grande-Bretagne, France, Autriche, Allemagne, Russie, Espagne, Portugal, Hollande, Belgique, Italie, Suède, Danemark et États-Unis ¬décident de contribuer à la suppression de l’esclavage.

1886, CUBA
abolition de l’esclavage.

1888, BRESIL
abolition de l’esclavage.

1890, 2 JUILLET
conférence coloniale de Bruxelles ; condamnation de l’esclavage.

1896, SIERRA LEONE ET MADAGASCAR
abolition de l’esclavage.

1897, ZANZIBAR
abolition de l’esclavage.

XXe siècle

1900, NIGERIA
abolition de l’esclavage dans la partie britannique.

1926
ratification, par quarante-quatre nations, du pacte de la Société des nations, à propos de la répression de la traite et de l’abolition du travail servile (articles 22 et 23).

1928, IRAN
abolition de l’esclavage.

1930
convention sur le travail forcé et obligatoire due à l’organisation internationale du travail.

1942, ÉTHIOPIE
abolition de l’esclavage.

1948, 10 DÉCEMBRE
Déclaration universelle des droits de l’homme à l’Onu ; l’article 4 affirme la suppression de l’esclavage.

1952, QATAR
abolition de l’esclavage.

1956
convention complémentaire relative à l’abolition de l’esclavage aux Nations unies.

1962, ARABIE SAOUDITE
abolition de l’esclavage et de la traire des esclaves.

1974
Création à l’O.N.U. du Groupe de travail sur les formes contemporaines de l’esclavage dans le cadre de la Commission des droits de l’homme.

1981, MAURITANIE
abolition de l’esclavage.

1989, NOVEMBRE
les Nations Unies adoptent la Convention des droits de l’enfant.

1992
abolition de l’esclavage au Pakistan.

1994
lancement du programme de l’UNESCO « La route de l’esclave ».

XXIe siècle

2000, DECEMBRE
la Charte des droits fondamentaux de l’Union Européenne interdit l’esclavage, le travail forcé et la traite des êtres humains.

2001, 10 MAI
vote de la loi française « reconnaissant la traite et l’esclavage (des XVe – XIXe siècles) en tant que crime contre l’humanité », promulguée le 21 mai. Septembre : la Conférence mondiale des Nations Unies contre le racisme, la discrimination raciale, la xénophobie et l’intolérance qui y est associée (Durban, Afrique du Sud) reconnaît « l’esclavage et la traite négrière transatlantique comme crime contre l’humanité ».

2002, JANVIER
adoption par l’Assemblée nationale française d’une loi visant à « combattre la traite des êtres humains ». Septembre : entrée en vigueur de la Convention 182 de l’O.I.T. sur « l’interdiction des pires formes de travail des enfants ».

2004
année internationale de commémoration de la lutte contre l’esclavage et de son abolition, déclarée par l’O.N.U.

Imprimer le texte intégral
Abolition de l’esclavage
Imprimer
le texte integral
Partagez cette page
sur les réseaux